Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/366

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LIV Parmi des monts,


Parmi des monts, épars comme un tas de décombres,
L’horizon ébauchait avec des pourpres sombres
Une aube monstrueuse, et j’en étais témoin ;
L’ombre était vaste, un gouffre était béant au loin ;
J’entendais chuchoter des voix exténuées,
Et je voyais passer dans les blêmes nuées
Des fantômes mêlés aux visions des airs ;
Le vent sur la montagne au milieu des éclairs
Tordait les cheveux gris d’un prophète terrible.

[1861]

LV Quand... au milieu de la nuit,