Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/409

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


L’ombre aveugle, l’ombre athée,
Invective, épouvantée,
Ces passants à l’oeil vermeil
Qui troublent sa solitude
Avec leur vieille habitude
De regarder le soleil.

1 janvier 1854,

LXXXVI Poëtes, si le monde avait une âme encor