Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/470

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



De soir mystérieux et de chute du jour,
Où Babel laisse voir confusément sa tour ;
Et l’on dirait parfois qu’en ce noir crépuscule
L’échafaud frémissant devant l’homme recule.

CXXXV Ne vous figurez pas,