Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Du feu, de l’échafaud, du bagne et de l’enfer ;
Et l’éducation des gens est reussie
Quand la méchanceté germe dans l’ineptie.
Puis on tend la sébile, et Pluche et Baculard "
Empochent en louchant les gros sous ; et c’est l’art
D’élever les bourgeois pour s’en faire des rentes.
Le songeur voit passer des bouches murmurantes -
Qui vont balbutiant des outrages confus.
On a l’iniquité comme on a le typhus ;
Elle est dans l’air, on l’a respirée ; un maroufle
Quelconque nous a mis sur les lèvres ce souffle ;
Vous dites ce que dit ce rhéteur de l’égout,
Et lui qui ne croit rien, il vous fait croire tout.
Oh ! qui pourra jamais, plongeur mélancolique,
Sonder cet affreux puits, la bêtise publique !

Quel labeur ! constater jusqu’au dernier bourgeois !
Conclure que cet âne est un âne par choix,
Qu’il s’y plaît, et qué c’est son goût d’être une brute !
Voir braire Aliboron que Zoïle recrute " !

== XXVIII Venez