Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XV.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


VIII

CE QUE JE FERAIS DANS UNE ÎLE DÉSERTE.

STANCES.
29 juin 1818.


Si je possédais par hasard
Une île déserte et tranquille,
Je me dirais, nouveau César :
Je suis le premier de mon île.

J’aurais pour asile un palmier,
Ses fruits pour manger et pour boire,
Et pour écrire mon histoire
Sa feuille en guise de papier.

Bientôt, gardant mes habitudes,
Fier représentant d’Apollon,
Je bâtirais dans mon vallon
Un petit mont pour mes neuf prudes.

Perché sur mon arbre à cocos,
Je haranguerais la nature
En vers, que du moins les échos
Répéteraient sans imposture.