Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Roman, tome IX.djvu/462

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LIVRE TROISIÈME. — le massacre de la saint barthélemy.

Aucune division indiquée.

Rétablissons quelques lignes non rayées et qui peut-être ont été oubliées en copiant le manuscrit ; après l’extermination du grand saint Barthélemy, on lit :

Z3. Feuillet 283.

Il y eut des épisodes.

Une estampe les charma et fut un moment épargnée. Elle représentait les vaches grasses et les vaches maigres. Ceci amena une déclaration de Georgette. Gros-Alain lui demanda :

— Voudrais-tu avoir une vache ?

Elle répondit :

— Boui.

— Voudrais-tu la mener aux champs ?

— Boui.

— Avec un fouet ?

— Boui.

— En aurais-tu peur ?

— Mais non, dit-elle.

De lacération en lacération ils arrivèrent à une autre estampe au bas de laquelle on lisait : — An de Rome 739. Consulat de Livius Drusus et de Calpumim Piso. L’estampe représentait une petite Vierge Marie âgée de quatre ans. Cette figure fit rêver René-Jean, et parut éveiller en lui de tendres souvenirs. Il apostropha Gros-Alain :

— Hein, toi, tu n’as pas de bonne amie.

Et il lui tira la langue.

Gros-Alain, un peu confus, baissa la tête.

Tailler en pièces l’histoire… (Voir p. 241.)


LIVRE QUATRIÈME. — la mère.

X4. Feuillet 307. — IV. Une méprise.

Le bas de cette page et le haut du feuillet 309 sont raturés ; c’est qu’il n’y avait pas, dans la première version, de méprise ; Guéchamp ne croyait pas apercevoir au bout de sa longue-vue l’échelle, il l’attendait :

Brusquement il (Gauvain) fit signe à Guéchamp de l’approcher.

— À propos, Guéchamp, l’échelle de sauvetage ?

— Une échelle pour trois étages n’est pas facile à rencontrer. Nous n’avions pas le temps de la fabriquer, n’ayant que si peu d’heures devant nom et tant d’autres soins à prendre. On a fini par en trouver une.

Où ?

À Larchampy. Il a fallu aller jusque-là.