Page:Hugo - La Fin de Satan, 1886.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



                                 Le monstre de la sorte,
Franchit les premiers lacs de l’immensité morte,
D’anciens chaos vidés qui croupissaient déjà,
Et dans les profondeurs lugubres se plongea.

L’étoile maintenant n’était qu’une étincelle.

Il entra plus avant dans l’ombre universelle,
S’enfonça, se jeta, se rua dans la nuit,
Gravit les monts fangeux dont le front mouillé luit
Et dont la base au fond des cloaques chancelle,
Et, triste, regarda devant lui.

                                          L’étincelle
N’était plus qu’un point rouge au fond du gouffre obscur.


VI

Comme entre deux créneaux se penche sur le mur
L’archer qu’en son donjon le crépuscule gagne,
Farouche, il se pencha du haut de la montagne,
Et, sur l’astre, espérant le faire étinceler,
Comme sur une braise il se mit à souffler,
Et l’angoisse gonfla sa féroce narine.