Page:Hugo - La Fin de Satan, 1886.djvu/68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


O Dieu ! dont ici-bas tout n’est que la vapeur,
O Dieu, rayonnement qu’adore ma stupeur,
O Dieu, qui portez l’astre et tenez le tonnerre,
Clarté que l’aigle montre aux aiglons dans son aire,
Ame ! abîme ! écoutez la prière du ver !
Faites devant l’été décroître l’âpre hiver,
La triste nuit devant l’aurore, les misères
Devant l’homme, les maux devant le bien, les serres
Devant le doux oiseau, les loups devant le daim !
Ramenez par la main le couple dans Eden.
Réconciliez l’être, ô père, avec les choses.
Arrachez doucement les épines des roses.
Faites que la brebis admire le lion.
Supprimez le combat, le choc, le talion ;
Soufflez sur les fureurs et les horreurs humaines,
Et faites une fleur avec toutes ces haines !
Versez sur tous leurs fronts la sereine beauté.
O songeur de l’obscure et calme éternité,
Etre mystérieux dont les sphères débordent,
Dieu ! faites se baiser les bouches qui se mordent ;
Emplissez de bonheur les rameaux verts, mettez
La femme dans la grâce et l’homme à ses côtés ;
Faites mûrir le fruit ; faites lâcher la proie ;
Faites des berceaux blancs sortir un bruit de joie,
Croître le lys, fleurir l’arbre, rire le jour,
Et sous l’immense azur chanter l’immense amour !