Page:Huyghens - Traité de la lumière, Gauthier-Villars, 1920.djvu/113

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


trouver la position de la réfraction C I, à l’égard du rayon R C.

Or il faut noter, que la même ellipse H M E sert à trouver les réfractions de tout autre rayon qui sera dans le plan par R C et C K. Parce que tout plan, parallèle à la droite H F, ou T K, qui touchera le sphéroïde, le touchera dans cette ellipse, par le lemme cité peu devant.

Figure 44 : Section principale d'un cristal de spath d'Islande et front d'onde lumineuse ellipsoïdal.
Fig. 44.

J’ai recherché ainsi par le menu les propriétés de la réfraction irrégulière de ce cristal, pour voir si chaque phénomène, qui se déduit de notre hypothèse, conviendrait avec ce qui s’observe en effet. Ce qui étant ainsi, ce n’est pas une légère preuve de la vérité de nos suppositions et principes. Mais ce que je vais ajouter ici les confirme encore merveilleusement. Ce sont les coupes différentes de ce cristal, dont les surfaces, qu’elles produisent, font naître des réfractions précisément telles qu’elles doivent être, et que je les avais prévues, suivant la théorie précédente.

Pour expliquer quelles sont ces coupes, soit A B K F (Fig. 44) la section principale par l’axe du