Page:Huyghens - Traité de la lumière, Gauthier-Villars, 1920.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

quand la Terre depuis D est venue en E, en s’approchant de Jupiter, les immersions du satellite G dans l’ombre doivent s’observer auparavant en E, qu’elles n’auraient paru si la Terre était demeurée en D.

Or par quantité d’observations de ces éclipses, faites pendant dix ans consécutifs, ces différences se sont trouvées très considérables, comme de dix minutes et davantage, et l’on en a conclu que pour traverser tout le diamètre de l’orbe annuel K L, qui est le double de la distance d’ici au Soleil, la lumière a besoin d’environ 22 minutes de temps.

Le mouvement de Jupiter dans son orbite, pendant que la Terre passe de B en C, ou de D en E, est compris dans ce calcul, et l’on fait voir qu’on ne peut point attribuer le retardement de ces illuminations, ni l’anticipation des éclipses à l’irrégularité qui se trouve au mouvement de cette petite planète, ni à son excentricité.

Que si l’on considère la vaste étendue du diamètre K L, qui selon moi est de quelques 24 mille diamètres de la Terre, l’on connaîtra l’extrême vitesse de la lumière. Car, supposé que K L ne soit que de 22 mille de ces diamètres, il paraît qu’étant passés en 22 minutes, cela fait mille diamètres en une minute et 16 ⅔ diamètres dans une seconde ou battement d’artère, qui font plus de onze cent fois cent mille toises, puisque le diamètre de la Terre contient 2 865 lieues de 25 au degré, que chaque lieue est de 2 282 toises, suivant la mesure exacte que M. Picard a prise par ordre du Roi en 1669. Mais le son, comme j’ai dit ci-devant, ne fait