Page:Huyghens - Traité de la lumière, Gauthier-Villars, 1920.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sément, en sorte qu’une en touche plusieurs autres, cela n’empêche pas qu’elles ne transportent leur mouvement et qu’elles ne l’étendent toujours en avant. En quoi il y a à remarquer une loi du mouvement qui sert à cette propagation, et qui se vérifie par l’expérience. C’est que, quand une boule, comme ici A (Fig. 3), en touche plusieurs autres  
Fig. 3 : Conservation de la quantité de mouvement dans un choc élastique.
Fig. 3.
pareilles C C C, si elle est frappée par une autre boule B, en sorte qu’elle fasse impression sur toutes les C C C qu’elle touche, elle leur transporte tout son mouvement, et demeure après cela immobile, comme aussi la boule B. Et sans supposer que les particules éthérées soient de forme sphérique (car je ne vois pas d’ailleurs qu’il soit besoin de les supposer telles), l’on comprend bien que cette propriété de l’impulsion ne laisse pas de contribuer à ladite propagation de mouvement.

L’égalité de grandeur semble y être plus nécessaire, parce qu’autrement il doit y avoir quelque réflexion de mouvement en arrière quand il passe d’une moindre particule à une plus grande, suivant les Règles de la Percussion que j’ai publiées il y a quelques années.