Page:Huyghens - Traité de la lumière, Gauthier-Villars, 1920.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE V
DE L’ÉTRANGE RÉFRACTION DU CRISTAL D’ISLANDE



1. L’on apporte d’Islande, qui est une île de la Mer Septentrionale, à la hauteur de 66 degrés, une espèce de cristal, ou pierre transparente, fort remarquable par sa figure, et autres qualités, mais surtout par celles de ses étranges réfractions. Dont les causes m’ont semblé d’autant plus dignes d’être curieusement recherchées, que parmi les corps diaphanes celui-ci seul, à l’égard des rayons de la lumière, ne suit pas les règles ordinaires. J’ai même eu quelque nécessité de faire cette recherche, parce que les réfractions de ce cristal semblaient renverser notre explication précédente de la réfraction régulière, laquelle, au contraire, l’on verra qu’elles confirment beaucoup, après être réduites au même principe. C’est dans l’Islande qu’on trouve de gros morceaux de ce cristal, dont j’en ai vu de 4 ou 6 livres. Mais il en croît aussi en d’autres pays, car j’en ai eu de la même espèce qu’on avait trouvé en France près de la ville de Troyes en Champagne, et d’autre qui venait de l’île de Corse, quoique l’un et l’autre moins clair, et seulement en petits