Page:Huyghens - Traité de la lumière, Gauthier-Villars, 1920.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de côtés opposés, comme ici V K, S K, sont égales, leurs réfractions K X et K T rencontrent la droite du fond H F en sorte, que les points X et T sont également distants du point M, où tombe la réfraction du rayon perpendiculaire I K, ce qui a aussi lieu dans les réfractions des autres sections de ce cristal. Mais devant que de parler de celles-là, qui ont encore d’autres propriétés particulières, nous rechercherons les causes des phénomènes que j’ai déjà rapportés.

Ce fut après avoir expliqué la réfraction des corps transparents ordinaires, par le moyen des émanations sphériques de la lumière, ainsi que dessus, que je repris l’examen de la nature de ce cristal, où je n’avais rien pu découvrir auparavant.

18. Comme il y avait deux réfractions différentes, je conçus qu’il y avait aussi deux différentes émanations d’ondes de lumière, et que l’une se pouvait faire dans la matière éthérée répandue dans le corps du cristal. Laquelle matière étant en beaucoup plus grande quantité que n’est celle des particules qui le composent, était seule capable de causer la transparence, suivant ce qui a été expliqué ci-devant. J’attribuai à cette émanation d’ondes la réfraction régulière qu’on observe dans cette pierre, en supposant ces ondes de forme sphérique à l’ordinaire, et d’une extension plus lente au dedans du cristal qu’elles ne sont au dehors ; d’où j’ai fait voir que procède la réfraction.

19. Quant à l’autre émanation qui devait produire la réfraction irrégulière, je voulus essayer