Page:Huyghens - Traité de la lumière, Gauthier-Villars, 1920.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

TRAITÉ DE LA LUMIÈRE


CHAPITRE PREMIER
DES RAYONS DIRECTEMENT ÉTENDUS



Les démonstrations qui concernent l’Optique, ainsi qu’il arrive dans toutes les sciences où la géométrie est appliquée à la matière, sont fondées sur des vérités tirées de l’expérience ; telles sont que les rayons de lumière s’étendent en droite ligne ; que les angles de réflexion et d’incidence sont égaux, et que dans les réfractions le rayon est rompu suivant la règle des sinus, désormais si connue et qui n’est pas moins certaine que les précédentes.

La plupart de ceux qui ont écrit touchant les différentes parties de l’Optique se sont contentés de présupposer ces vérités. Mais quelques-uns plus curieux en ont voulu rechercher l’origine et les causes, les considérant elles-mêmes comme des effets admirables de la Nature. En quoi ayant avancé des choses ingénieuses, mais non pas telles pourtant que les plus intelligents ne souhaitent des explications qui leur satisfassent davantage, je veux proposer ici ce que j’ai médité sur ce sujet, pour contribuer autant que je puis à l’éclaircissement de cette partie de la science naturelle, qui non sans