Page:Hyspa - L’Éponge en porcelaine, 1921.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Et quelle sensibilité chez cet animal ! On raconte qu’un éléphant s’étant approché d’un piano se mit à pleurer abondamment : dans les touches du piano il avait reconnu les dents de sa mère.

Un autre tombant en arrêt devant un billard poussa un long barrissement ; les billes du billard lui rappelaient son père.

Si les fleuves, comme a dit le poète, sont des routes qui marchent, l’éléphant, lui, est une montagne, ou disons, pour ne pas froisser sa modestie, une éminence qui marche.

En somme, l’éléphant est l’être le plus considérable de ce monde.

Et à le considérer de près ; on s’aperçoit qu’il est un peu encombrant et difficile à loger dans un appartement moderne.

Il y a deux sortes -d’éléphants :l’éléphant gris et le blanc.

L’Éléphant gris ne diffère du blanc que parla couleur.