Page:Hyspa - L’Éponge en porcelaine, 1921.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


à l’inactivité la plus absolue, car il a, malheureusement pour lui, les côtes en rond.

Grâce à son caractère débonnaire on ne lui connaît d’autre ennemi que le fumeur.

Son usage remonte à la plus haute antiquité.

D’après Hésiode et Eschyle, c’est dans la Mythologie grecque, et non ailleurs, qu’il faut aller chercher les origines du pyrogène. Allons-y.

Un nommé Prométhée, Titan d’origine, déroba le secret du feu aux dieux de l’Olympe et le révéla aux hommes.

La légende ne rapporte pas si, avec le feu, Prométhée leur apporta le tabac.

Poursuivi pour vol et condamné par Jupiter, maître des dieux et des hommes, il resta pendant trente ans enchaîné sur le Caucase avec, pour unique compagnon, un vautour qui avait pour son foie une sympathie dévorante. Et il y serait encore si Héraclès n’était venu à son secours, Héraclès, ce sauveteur de la première heure, qui attend encore sa médaille de sauvetage.

C’est ce même Prométhée qui, plus tard, avait coutume de dire : « Il ne faut pas jouer avec le feu ». Mais, en prononçant ces paroles, il ne faisait, croyons-nous, aucune allusion aux allumettes préparées avec tant de soin par, les manufactures de l’État

Puisque vous êtes bien sages et bien attentifs, nous terminerons cette