Page:Ibn Battuta - Voyages - Traduction Sanguinetti - Volume 2.djvu/334

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


arbres fruitiers. Nous y logeâmes dans la zàouïah du fata Akhv Mohammed. Cet homme est au nombre des plus saints personnages ; il pratique une grande abstinence, et a des compagnons qui suivent sa manière de vivre. Il nous donna l’hospitalité et fit des vœux en notre faveur.

Nous partîmes pour la ville d’Ayà Soloûk (altération du nom d’Agios Theologos, Saint-Jean, par lequel les Grecs du moyen âge désignaient l’ancienne Ephèse), cité grande, ancienne et vénérée par les Grecs. Il y a ici une vaste église construite en pierres énormes ; la longueur de chacune est de dix coudées et au-dessus, et elles sont taillées de la manière la plus admirable. La mosquée djàmi’ de cette ville est une des plus merveilleuses mosquées du monde, et n’a pas sa pareille en beauté. C’était jadis une église appartenant aux Grecs ; elle était fort vénérée chez eux, et ils s’y rendaient de divers pays. Lorsque cette ville eut été conquise, les musulmans firent de cette église une mosquée cathédrale. Ses murs sont en marbre de différentes couleurs, et