Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/118

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ex . PROLÉGOMÈNES

ti(ie. On y voit aussi plusieurs passages qui, ayant été com- posés par l'auteur d'une manière incorrecte ou obscure, ont été redressés ou modifiés, afin d'être rendus plus intelligibles. Ces changements, à mon avis, ne sont pas toujours heureux; quelquefois même ils altèrent la pensée d'ibn Khaldoun. Je dois ajouter que le compositeur égyptien n'a pas suivi exacte- ment sa copie : quand deux phrases voisines se terminent par le même mot, il lui arrive très-souvent de sauter la seconde.

L'édition de Paris reproduit une particularité offerte par les manuscrits A et B et assez importante pour être signalée ici. On y trouve, dans certains chapitres, de longs paragraphes qui sont évidemment des additions marginales, et l'on y remarque de plus, au commencement de la sixième section, six chapi- tres entiers qui manquent dans les manuscrits G et D et dans l'édition de Boulac. L'authenticité de ces additions me paraît hors de doute : on y reconnaît le style d'Ibn Khaldoun, ses tournures peu correctes et même des renvois à d'autres cha- pitres des Prolégomènes. L'auteur les inséra très-probablement dans son ouvrage postérieurement à l'an 796 de l'Iiéglre; car le manuscrit qu'il offrit au sultan Abou Farès ne les renferme pas. Le traducteur turc de la sixième et dernière section des Prolégomènes les a acceptées sans observation.

Les Prolégomènes se partagent en six sections. Dans la pre- mière, l'auteur traite de la science historique, de la société en général, des variétés de l'espèce humaine et des pays qu'elle occupe. Dans la seconde, il signale les caractères particuliers de la civilisation qui existe chez les nomades et les peuples à demi sauvages. Dans la troisième, il indique en quoi consiste le khalifat ou gouvernement spirituel et temporel , et la royauté, c'est-à-dire , le gouvernement uniquement temporel. 11 fait aussi connaître les dignités qui existent nécessairement dans le kha-

�� �