Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/209

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


D'IBN KHALDOUN. 85

qui regarde la réunion des individus en société. Il est donc néces- saire que ce premier livre, avec les matières qu'il traite, soit divisé en six sections:

1° Sur la société en général, sur les variétés de la race humaine p. 68. et sur les pays qu'elle occupe ;

2° Sur la civilisation chez les nomades, sur les tribus et les peuples à demi sauvages;

3° Sur le gouvernement dynastique, le khahfat, la royauté, et les dignités qui existent nécessairement dans un empire ;

4° Sur les caractères de la civilisation- qui résulte de la vie à de- meure fixe, sur (le rôle que jouent) les villes et les provinces;

5° Sur les métiers, les divers moyens de se procurer la subsistance et de faire fortune;

6° Sur les sciences, les moyens de les acquérir et de s'ins- truire.

J'ai placé la vie nomade avant la vie à demeure fixe, parce que (dans l'ordre du temps) elle a précédé toutes les formes que celle-ci avait pu prendre. On trouvera plus loin la démonstration de ce prin- cipe. Le même motif m'a fait placer la royauté avant les villes et les provinces. Le rang que j'ai assigné aux moyens de se procurer la subsistance se comprend, lorsqu'on sait qu'ils constituent un état de choses absolument nécessaire et exigé par la nature, tandis que l'étude des sciences est le résultat de la civilisation perfectionnée ou de celle qui a produit des besoins factices. Or ce qui est nécessaire par sa nature doit passer avant ce qui est de luxe. J'ai rangé dans un même chapitre les métiers et les moyens pour l'homme de gagner sa vie , parce que les premiers ont certains rapports avec les seconds, surtout quand on les envisage tous comme produits de la civilisation. Ceci est un point sur lequel je reviendrai plus tard.

�� �