Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/379

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


D'IBN KHALDOUN. 255

amasser des vivres, rechercher de beaux habillements, bâtir de grandes maisons, fonder des villes et des bourgs pour se mettre à l'abri de tentatives hostiles. L'aisance et l'abondance introduisent des habitudes de luxe qui se développent avec vigueur et qui se reconnaissent à la manière d'apprêter les viandes, à l'amélioration de la cuisine, à l'usage des habillements de soie, de brocart et d'autres belles étoffes, et cœtera. Les maisons et les palais reçoivent alors une grande hauteur'; construits avec solidité et embellis avec goût, ils montrent comment la disposition pour les arts passe de la puissance à l'acte et arrive à la perfection. On construit des châteaux et des habitations dont l'intérieur est orné de fontaines ; on élève de beaux édifices décorés avec un soin extrême^; on s'occupe à l'envi ' d'amé- liorer les objets d'un usage journalier, tels qu'habits, lits, vaisselle, ustensiles de cuisine. Voilà ces hommes devenus citadins [hader). Le mot hader signifie ceux qu'on a toujours présents sous la main [hade- roan), et tels sont les habitants des villes et des bourgades. Parmi eux, les uns exercent des métiers pour vivre ; d'autres s'adonnent au commerce et, par les grands profits qu'ils en retirent, ils surpassent* en richesses et en bien-être les gens de la campagne. Délivrés des tracas de la pauvreté, ils vivent selon leurs moyens. On voit par là P. que la vie de la campagne et celle des villes sont deux états égale- ment conformes à la natiu-e.

L'existence de la race arabe ' dans le monde est un fait parfaitement naturel.

Dans le chapitre précédent nous avons mentionné que les gens de la campagne pourvoient à leur subsistance d'une manière conforme à la nature. S'adonnant à l'agriculture ou bien à l'éducation des troupeaux , ils se contentent du strict nécessaire en fait de nourriture ,

' Pour (ij^ljui, lisez oifU-o. * Pour L«^l, lisez ^^\.

  • Pour Ujwv^j, lisez j y^-iJLjj ' Dans toute cette section et dans plu-

U>t^;^Àj■. sieurs autres endroits des Prolégomènes ,

' Je crois qu'il faut lire yjjju^: à la l'auteur entend, parle mal i4ra6e, les Ara- place de (jjJMJc. bcs nomades.

�� �