Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/380

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


256 PROLÉGOMÈNES

d'habillements, de logeinenls et de toutes les autres choses qui se rattachent aux habitudes de la vie. Ils ne visent pas plus loin ; ils ne recherchent pas les moyens de satisfaire à des besoins factices ou de parvenir à l'aisance. Pour logements ils ont des tentes en étoffe de poil de chèvre ou de chameau , et des huttes faites avec des branches d'arbres, ou des cabanes construites avec des pierres et de l'argile. Ils ne donnent pas à leurs habitations une grande élévation, puisqu'elles ne doivent leur servir que d'abri (contre le soleil et le mauvais temps); quelquefois même ils se réfugient dans des grottes et des cavernes. Les mets dont ils se nourrissent n'exigent pas de grands apprêts ; crus ou légèrement cuits, ils sufQsent à leurs besoins.

L'état des peuples agriculteurs est supérieur à celui des nomades; les premiers habitent des villages et des hameaux \ et se tiennent dans les pays de montagnes. Tels sont la plupart des Berbers et d'autres peuples qui n'appartiennnent pas à la race arabe. Ceux qui vivent des produits que fournissent leurs troupeaux de moutons et de bœufs s'adonnent ordinairement à la vie nomade : il leur faut des pâturages et de l'eau pour leurs bestiaux, auxquels, d'ailleurs, le chan- gement de lieu fait grand bien. On désigne ces peuples par le nom de chaouïa (pasteurs), parce qu'ils s'occupent uniquement de moutons [chah) et de bœufs. Ils ne s'avancent pas au loin dans le désert, vu que les bons pâturages y manquent. Dans cette classe on peut ranger les Berbers, les Escl avons, les Turcs, et les Turcomans, frères de ceux-ci. 2 23. Les peuplades qui subsistent en élevant des chameaux voyagent plus que les autres et pénètrent plus avant dans le désert. Elles se trouvent obligées à le faire, vu que les pâturages, les herbes et les arbrisseaux des hauts plateaux ^ ne suffisent pas à la nourriture de leurs troupeaux. Les chameaux ont besoin de brouter les arbustes du désert, de boire les eaux saumâtrcs qui s'y rencontrent et de par- courir cette région pendant l'hiver, afin d'éviter le froid et de jouir

' Pour y loi! , lisez ^IinII. (Voyez ci- ^ En arabe (oloul, pi. de tell. Tout ce

devant, page 84, noie i.) qui n'est pas désert est tell.

�� �