Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


D'IBN KHALDOUN. xxxm

verneur de Tedellis [Delfys), afin de se mettie sous ses ordres. Cet officier était chef de la tribu mérinide des Oungacen, et se nommait Tahyaten Ibn Omar Ibn Abd el-MoumenK Le sultan, ayant reçu des habitants l'assurance de leur soumission , envoya à Bougie son cham- bellan, Mohammed Ibn Abi Amr^, avec un fort détachement de troupes et plusieurs grands de l'empire.

Je partis alors de Biskera avec l'intention de me rendre auprès du sultan Abou Eïnan, qui se trouvait à Tlemcen, et, arrivé à El-Bat'ha^ je rencontrai Ibn Abi Amr. Cet officier me donna tant de marques d'honneur que j'en fus surpris, et me ramena avec lui à Bougie, dont je le vis prendre possession. De nombreuses députations, parties de l'Ifrîkiya, étant arrivées à Bougie, il voulut les accompagner jusque chez le sultan; m'étant joint à elles, je fus singulièrement frappé des égards et des témoignages de faveur qu'il me prodigua, à moi , jeune homme imberbe. Revenu ensuite à Bougie avec Ibn Abi Amr et les députations, je restai auprès de lui jusqu'à la fin de l'hiver de l'an 76/1 (mars-avril i353 de J. C).

Quand le sultan Abou Eïnan fut rentré à Fez* et que les savants eurent commencé à se réunir chez lui, on parla de moi dans une de ces assemblées, et, comme le pi-ince voulut choisir quelques étudiants pour discuter en sa présence des questions (de droit et de belles- lettres) , les docteurs que j'avais rencontrés à Tunis me désignèrent k lui comme un sujet convenable. II écrivit aussitôt au hadjeb ^ (Ibn Abi Amr) l'ordre de m'envoyer à la cour, et j'y arrivai en l'an ySo (1 354 de J. C). Il m'inscrivit alors au nombre de ceux qui faisaient partie de ses réunions scientifiques, et m'imposa le devoir honorable d'as- sister avec lui à la prière. Dans la suite il m'employa comme secré-

' Voyez Histoire des Berbers , t. IV , 'Le lecteur trouvera dans le quatrième

p. 299. volume de la traduction de l'Histoire des

  • Histoire des Berhers, t. IV, p. 3oi et Berbers le récit des diverses campagnes

suiv. * entreprises par Abou Eïnan.

' On reconnaît encore les ruines de cette * Chezles Mérinides, le hadjeb ou grand

ville sur la rive droite de la Mina , à quatre chamlellan était le personnage le plus élevé

ou cinq lieues du Chélif. de l'Etat après le sultan.

Prolégomènes. e

�� �