Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/419

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


D'IBN KHALDOUN. 295

ils se voient éloignés de la puissance souveraine et plus ils se rappro- chent de leur perte. En effet, le luxe et ses jouissances amortissent complètement cet esprit de corps qui conduit à la souveraineté ; la tribu qui l'a perdu n'a plus la force d'attaquer ses voisins; elle ne sait pas même se défendre ni protéger ses amis ; aussi devient-elle la proie de quelque autre peuple. Tout cela démontre que le luxe, s' étant introduit dans une tribu, l'empêchera de fonder un empire. Dieu ac- corde la souveraineté à qui il veut. [Coran, sour. ii, vers. a^S.)

Une tribu qui a vécu dans l'avilissement et dans la servitude est incapable de fonder un

empire.

L'avilissement et la servitude brisent l'énergie d'une tribu et son esprit de corps. Cet état de dégradation indique même que, chez elle, cet esprit n'existe plus. Ne pouvant sortir de son avilissement, elle n'a plus le courage de se défendre ; aussi , à plus forte raison , p. â56. est- elle incapable de résister à ses ennemis ou de les attaquer. Voyez la lâcheté montrée par les Israélites quand le saint prophète Moïse les appela à la conquête de la Syrie et leur annonça que le Seigneur avait écrit d'avance le succès de leurs armes; ils lui répon- dirent : C'est an peuple de géants qui habite ce pays, et nous n'y entre- rons pas jusqu'à ce qu'il en sorte. [Coran, sour. v, vers. 2 5 et suivant.) Ils voulaient dire : « Jusqu'à ce que Dieu les en fasse sortir par un coup de sa puissance et sans que nous soyons obligés d'y contri- buer; ce sera là un de tes grands miracles, ô Moïse! » Plus il les implora, plus ils s'obstinèrent dans leur désobéissance : « Va-t'en, lui dirent-ils, toi et ton Seigneur, et combattez (pour nous). » [Coran, sour. V, vers. 27.) Pour s'exprimer de la sorte, ces gens-là ont dû bien sentir leur propre faiblesse et reconnaître qu'ils étaient incapables d'attaquer un ennemi ou de lui résister. C'est ce que le passage du Coran nous donne à entendre, ainsi que les explications tradition- nelles que les commentateurs ont recueillies. Cette lâcheté était le résultat de la vie de servitude que ce peuple avait menée pendant des

�� �