Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/420

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


296 PROLÉGOMÈNES

siècles; ii était resté assez longtemps sous la domination des Egyptiens pour perdre complètement tout esprit de corps. D'ailleurs il ne croyait pas sincèrement à sa religion : lorsque Moïse annonça aux Juifs que la Syrie devait leur appartenir, ainsi que le royaume des Amalécites, dont la capitale se nommait Jéricho; que ce peuple leur serait livré comme une proie d'après l'ordre de Dieu, ils reculèrent devant l'en- treprise, étant intimement convaincus qu'après avoir passé leur vie dans les humiliations, ils seraient incapables d'attaquer un ennemi. Ils osèrent même se moquer des paroles de leur prophète et résister à ses ordres; aussi Dieu leur infligea la peine de l'égarement, c'est-à- dire qu'il les fit rester pendant quarante ans dans le désert qui sé- pare l'Egypte de la Syrie (voyez le Coran, sour. v, vers. 29). Il leur fut impossible, pendant ce temps, de se retirer dans une ville ou de s'arrêter dans un lieu habité, parce qu'ils avaient d'un côté le pou- voir des Amalécites en Syrie, et de l'autre celui des Coptes de l'E- gypte, et qu'ils étaient, selon leur propre déclaration, incapables de les combattre. Les versets que nous venons de citer ont une portée P. 257. qui est facile à comprendre : la peine de l'égarement avait pour but d'anéantir toute la population qui s'était soustraite à l'oppres- sion et aux humiliations dont on l'avait abreuvée dans la terre d'E- gypte, population sans énergie, qui s'était résignée à la dégradation et qui avait perdu le sentiment de l'indépendance. Pour remplacer cette génération, il en fallait une autre, élevée dans le désert, qui n'eût jamais subi des humiliations et qui ignorât la domination d'une dynastie étrangère et la puissance du despotisme. Par cette disposi- tion de la Providence, un nouvel esprit de corps naquit chez les Israé- lites et les mit à même d'attaquer et de vaincre. Tout cela fait voir que, pour laisser éteindre une génération et la remplacer par une autre, il faut au moins une période de quarante ans. Gloire à l'Etre savant et sage ! Ce que nous venons d'exposer fournit une preuve évi- dente de l'extrême importance qu'il faut attacher à l'esprit de corps : c'est le sentiment qui porte à résister, à repousser l'ennemi , à proté- ger ses amis, à venger ses injures. Le peuple qui en est dépourvu ne

�� �