Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/423

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


D'IBN RHALDOUN. 299

C'est en sa qualité d'homme, et non pas en celle d'animal, qu'il peut exercer le commandement et la souveraineté. Or les belles qualités qui existent dans l'homme ont • un grand rapport à la faculté de gou- verner et d'administrer, car il y a une relation intime entre le bien et le droit de commander. Nous avons déjà mentionné que la gloire et la puissance^, pour être réelles, doivent avoir l'esprit de tribu et de famille pour racine et les nobles qualités pour branches, servant à les rendre parfaites. Or, puisque la souveraineté est le terme au- quel aboutit l'esprit de corps ^, elle est aussi le terme où s'arrêtent les influences secondaires, c'est-à-dire, les nobles qualités qui servent à le compléter. Sans ces qualités complémentaires, l'esprit de corps serait comme l'homme à qui on aurait coupé les bras et les jambes, ou qui paraîtrait au milieu du peuple dans im état de nudité com- plète. Une maison illustre qui conserverait son esprit de corps sans se distinguer par des qualités louables ne jouirait d'aucune consi- dération; jugez donc ce qui en serait d'une famille semblable qui exercerait la souveraineté, but auquel la puissance et la renommée l'auraient conduite.

D'ailleurs le commandement et la souveraineté ont * été institués pour la protection des hommes, pour représenter sur la terre l'auto- rité de Dieu, et pour exécuter ses ordonnances. Or le Seigneur, dans toutes ses décisions, a en vue le bien de ses créatures et leur bonheur, fait dont la loi divine est une preuve suffisante. Les déci- P. 260. sions qui amènent le mal proviennent de l'ignorance et du démon, qui cherche toujours à contrarier la puissance et les desseins de la Providence. C'est Dieu qui est l'auteur, non-seulement du bien, mais du mal, et qui les répartit selon sa volonté; aucun agent n'existe, excepté lui ^. Un homme qui possède un parti assez fort pour lui assu- rer la puissance et qui déploie les vertus requises dans les individus

' Pour ^j, lisez |_^. ' Pour iUMijJ] , lisez JU*«.ajJJ.

" Dans cette section, l'auleur emploie ' Pour »*, lisez ^J*.

le mot 0^ dans le sens de puissance, auto- ' Voy. ci-devant, p. 189, note 2.

rite.

38.

�� �