Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/470

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


346 PROLÉGOMÈNES

dolence et à la mollesse; plus ils s'y plongent, plus ils s'éloignent de la simplicité de la vie nomade et plus ils se dépouillent de la rudesse p. 3o5. de mœurs qui naît dans le désert; ils perdent ce courage au moyen duquel ils avaient protégé l'empire, et ils deviennent une telle charge pour le gouvernement qu'ils auraient eux-mêmes besoin de troupes pour les protéger. Le lecteur en trouvera assez d'exemples dans l'his- toire des diverses dynasties^; qu'il consulte ces volumes ^ et il con- viendra que nous avons raison.

Il arrive quelquefois que, dans un empire atteint de la faiblesse que produisent le repos et les jouissances du luxe, le souverain prend des partisans et des défenseurs chez les autres peuples ; il choisit des hommes habitués à mener une vie rude et il en forme un corps de milices bien plus vaillant que les anciennes troupes, bien plus capable de soutenir les fatigues de la guerre, la faim et les privations. De cette manière, il remédie à la décrépitude qui allait atteindre l'em- pire. Cela est arrivé en Orient pour l'empire des Turcs (mamlouks); la majeure partie de l'armée se compose des dépendants et des clients des chefs. Le sultan choisit parmi les esclaves que l'on importe dans le pays un certain nombre d'hommes pour en faire des cavaliers et des fantassins. Ces nouvelles troupes sont plus braves et plus endurcies aux fatigues que leurs prédécesseurs, les fds des mamlouks, gens élevés dans les délices, au sern du pouvoir et sous l'abri de la souveraineté. En Ifrikiya, le même fait s'est reproduit; le sultan almohade choi- sit ordinairement ses troupes parmi les tribus zenatiennes et arabes ; il en augmente le nombre tous les jours et laisse^ de côté les Al- mohades, peuple énervé par le luxe. De cette manière, l'empire reçoit une nouvelle vie et se garantit contre les atteintes de la décré- pitude. Dieu est l'héritier de la terre et de tout ce qu'elle porte!

Pour ïJjoJl, lisez JjcjJl. selle, ouvrage dont les Prolégomènes for-

' Par ces mots , l'auteur renvoie le lec- ment rintroduction. leur à son exposition de l'histoire univer- ' Pour ijiyj,^, lisez '^y^.y

�� �