Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/568

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


444 PROLÉGOMÈNES

répandra partout. » Donc il attribua la vertu, c'est-à-dire l'intégrité, à la première génération et à la suivante; aussi nous ne devons pas nous habituer à mal penser ou à mal parler des Compagnons, ni admettre dans nos cœurs le moindre doute au sujet de leur conduite. Cherchons, autant que possible, à trouver pour toutes leurs actions une interprétation favorable; tâchons de toutes les manières et par toutes les voies' de démontrer la rectitude de leurs intentions; per- sonne ne le mérite plus qu'eux. Quand ils se furent mis en désac- cord, ils avaient de justes motifs pour s'excuser; s'ils tuaient, ou s'ils se faisaient tuer, ce fut pour la cause de Dieu et de la vérité. Croyons que la miséricorde divine a voulu offrir l'exemple de leurs dis- sensions aux générations suivantes, afin que chaque individu puisse choisir parmi eux un modèle de conduite , un directeur et un guide ^. Quand on comprend cela, on reconnaît avec quelle sagesse Dieu gou- verne toutes ses créatures.

Sur les offices et les charges religieuses qui dépendent du khalifat.

On sait que le khalifat est, en réalité, une lieutenance; le khalife remplace le législateur en ce qui regarde le maintien de la religion et le gouvernement du monde. Le législateur, étant chargé de faire respecter les obligations imposées par la loi et de porter les hommes à s'y soumettre, exerce nécessairement l'autorité spirituelle; obligé de veiller au bien de la société, il exerce également l'autorité tempo- P. 394. relie. Nous avons déjà fait observer que les hommes sont entraînés forcément à se réunir en société, et qu'ils ont nécessairement besoin de quelqu'un qui s'occupe de leur bien-être et les empêche de dépérir faute de soins. La puissance souveraine, avons-nous dit, suffit, à elfe seule, pour assurer au peuple les avantages de la civilisation; mais elle agit avec plus d'effet lorsqu'elle s'appuie sur les principes de la loi divine. La cause en est qu'un législateur (Inspiré) sait mieux qu'un souverain (temporel) ce qui contribue au bonheur des hommes. Dans

' Pour o>i>j , lisez *»y»j. — ^ Ceci est la traduction littérale du texte arabe.

�� �