Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/580

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


456 PROLÉGOMÈNES

cheïri ^ Ceux qui possèdent la loi à fond et qui ont ia réputation de grands légistes, voilà les savants dont il s'agit (dans la tradition), voilà les héritiers. Tels furent les légistes d'entre les Tabès ^ les an- ciens musulmans, les quatre (premiers khalifes ou) imams, et ceux qui les suivirent dans la même voie. Quant aux individus qui ne pos- sèdent qu'un seul de ces avantages (la connaissance réelle de la loi et la réputation de savant légiste), celui d'entre eux qui se distingue par sa piété mérite plus l'héritage des prophètes que le légiste non dévot. En effet, l'homme dévot a hérité d'une qualité (la piété), tandis que l'autre n'a hérité de rien. Celui-ci ne possède que des maximes touchant la manière de se conduire (dans certains cas), et il nous les débite de vive voix. Tels sont presque tous les légistes de notre époque, excepté ceux qui ont cru et fait de bonnes œuvres; mais ils sont peu nombreux. [Coran, sour. xxxviii, vers. 2 3.)

\Jadala. Cet office tient à la religion; il dépend de celui de cadi, et est placé sous le contrôle de ce magistrat'. Il consiste à servir de témoin aux parties dans leurs mutuelles obligations, et cela avec l'autorisation du cadi, à prêter son concours quand on veut passer l'acte, à déposer en justice si l'acte donne lieu à une contestation, à l'inscrire sur les registres afin d'assurer la conservation des droits

' Abou'I-CacemAbdel-KerîmIbnHéwa- des soufis. Dans les chapitres suivants,

zen el-Cocheïri , docteur du rite chaféite, l'auteur donne des notices biographiques

se distinguait par ses connaissances en de leurs principaux cheikhs, l'explication

jurisprudence, en théologie, en exégèse des termes employés parles souGs; plu-

du Coran, en traditions, en belles-lettres sieurs dissertations sur la connaissance de

et en poésie. Il composa un grand com- Dieu, sur la solitude, sur la crainte de

mentaire sur le Coran et plusieurs traités Dieu, sur la piété, etc. Le contenu du se-

sur le soufisme. Il enseigna pendant quel- cond volume nous est inconnu,

que temps à Baghdad , et mourut à Neïsa- ' Les disciples des anciens compagnons

pour, l'an 465 (107a de J C), Son épître de Mohammed.

ou traité intitulé Riçala fut composé l'an ^ M. de Sacy a donné le texte et la tra-

437 de l'hégire, et forme deux volumes. duction de ce paragraphe dans sa Chresto-

L'exemplaire du premier volume qui se mafAi'earaie, 1. 1, p. ,^8el suiv. delà 2' édi-

trouve dans la Bibliothèque impériale, tien. Nous reproduisons ici sa traduction,

supplément arabe, n° 56 1, commence par en y faisant quelques changements. Vadel

un chapitre sur les doctrines et croyances est assesseur du cadi, grefher et notaire.

�� �