Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/586

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


462 PROLEGOMENES

plicité de ces termes, ii ne pourrait plus servir comme désignation précise , et deviendrait absurde ; aussi penchèrent-ils à le remplacer par une autre dénomination qui eût avec lui un certain rapport. Aux P. /109. généraux qui commandaient les expéditions militaires, ils donnaient le titre d'émir, mot dérivé d'émara (commandement), dont il est ce que les grammairiens appellent \e fâil^. Les Arabes, avant leur conversion à l'islamisme, désignaient le Prophète par les titres d'émir de la Mecque et d'émir du Hidjaz; les Compagnons donnaient à Saad Ibn Abi Ouec- cas le titre d'émir el-moslemin (commandant des musulmans), parce qu'il avait exercé le commandement en chef à la bataille de Cade- çiya. Un des Compagnons ayant appelé ^ Omar par le nom d'e'naV el- moumenin, cette dénomination fui approuvée et adoptée. Le premier qui lui donna ce titre fut , dit-on, Abd- Allah Ibn Djahch ^, ou, selon d'autres, Amr Ibn el-Aci ou El-Moghira Ibn Choba. D'après un autre récit, un courrier, portant l'annonce d'une victoire, arriva à Médine et demanda Omar, en disant : « Où est le commandant des croyants? » Les Compagnons qui l'entendirent s'écrièrent : « Par Allah ! tu as raison; il est, en effet, le commandant des croyants. » Dès lors, ils appelèrent Omar par ce nom, et le reste du peuple suivit leur exemple. Ce titre passa, comme un héritage, aux khalifes suivants; ceux de la dynastie oméiade se le réservèrent d'une manière spéciale et ne permettaient à personne de le porter. Alors les Chîïtes dési- gnèrent Ali par le titre de l'imam, afin de faire sentir qu'à lui seul appartenait la dignité de l'imamat, sœur de celle du khalifat, et que, selon leur doctrine hérétique, il avait plus de droit à l'imamat de la prière qu'Abou Bekr. Ils donnèrent aussi le titre d'imam à ceux qu'ils regardaient comme ses successeurs dans l'office de khalife. Tant qu'ils travaillaient en secret pour faire valoir les droits de l'un de ces princes, ils le désignaient sous le nom de l'imam; mais, aussitôt

' C'esl-à-dire , nom formé de la racine ' Cela n'a pu se faire: Abou Mohammed

Irilitère , par l'insertion d'un î long avant Abd-Allah Ibn Djabcli , un des plus anciens

la dernière lettre radicale. des Compagnons, fut tué à la bataille d'O-

' Lisez^ ïjUsJI jajLi lx.> yl ^^jfj. bod, l'an 3 de l'hégire.

�� �