Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


A cette époque, le gouvernement égyptien paraît avoir eu pour règle de ne conserver le même cadi en exercice que pour un temps assez court ; presque chaque mois il y eut des destitutions et des nominations de cadis ; aussi le remplacement d’Ibn Khaldoun ne se fit pas attendre. Il avait d’ailleurs perdu son meilleur appui, le sultan El-Mélek ed-Dhaher Barcouc, qui mourut le lô choual 801 (21 juin iSgg).

« Le jeudi 12 moharrem 8o3 (4 septembre i4oo), le grand cadi (cadi ’i-codat) Oue’li ’d-Dîn Abd er-Rahman Ibn Khaldoun fut remplacé par le cadi Nour ed-Dîn Ali Ibn el-Djelal, par suite d’une promesse qu’on avait faite à celui-ci K »

Selon Ibn Cadi Chohba", le motif de ce changement fut la sévérité d’Ibn Khaldoun et sa promptitude à infliger des punitions. En cette occasion , il fut cité devant le grand chambellan (ministre d’état) et mis aux arrêts. Quelque temps après on le nomma professeur au collège malékite, en remplacement d’Ibn el-Djelal.

Au mois de rebiâ second de la même année (novembre- décembre i4oo), El-Melek en-Nacer Feredj, fils de Barcouc et sultan d’Egypte, apprit que Tîmour^ venait d’emporter d’assaut la ville d’Alep. Craignant le même sort pour Damas et les autres villes de la Syrie, Feredj sortit du Caire le jour même, et alla camper auprès de la Reïdaniya , mosquée située hors de la porte de Bab el-Fotouh. De là il se mit en marche pour Damas, emmenant avec lui ses émirs, le khalife, les grands cadis des rites chafeïte, malékite et hanbalite; mais il laissa

’ Solouli, fol. 22 r°; Bedr ed-Dîii, ma- Iraits, le nom de ce conquérant est écrit nuscrit n° 684, fol. 36 r°; Anbâ ’IGhomr, tantôt Ttmoar et tantôt Témerlenh. c’ est-à- manuscrit n° 658, fol. 17/I v°. dire, Timour/e Boitcnx. De ce dernier nom,

^ Manuscrit n" 687, fol. 170. les Européens ont formé Tamerlan.

’ Le célèbre Tamerlan. Dans ces ex-