Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome II.djvu/145

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


D'IBN KHALDOUN. 137

S'étant emparés de son empire , lis marchèrent sur Baghdad et se rendirent maîtres de cette ville et de la personne du khalife qui y résidait ^ Il en fut de même des Tartars: en l'an 617 (1220 de J. C.) ce peuple sortit de ses déserts; mais il dut mettre quarante ans pour établir sa domination. Dans le Maghreb ^, les Almoravides de la tribu de Lemtouna marchèrent contre les souverains maghraouïens ', et mirent plusieurs années à les vaincre. Ensuite les Almohades pro- clamèrent leur doctrine religieuse et s'insurgèrent contre la dynastie lemtounienne. Ils lui firent la guerre pendant trente ans avant de .s'emparer de Maroc, capitale de l'empire almoravide. Les Mérinides, peuple zenatien, attaquèrent le gouvernement almohade, lui firent la guerre pendant trente ans avant de lui enlever la ville de Fez et plusieurs provinces de l'empire. Ils le combattirent encore trente ans* avant de prendre la ville de Maroc, capitale de l'empire; ainsi que cela est raconté dans les histoires de ces dynasties. Voilà com- ment les nouveaux empires attaquent les anciens et mettent beaucoup de temps à les conquérir. Cela est dans les voies de Dieu à l'égard de ses créatures, et les voies de Dieu ne changent pas.

Que l'on ne nous objecte pas les conquêtes faites par les premiers musulmans, et comment ils vainquirent les Perses et les Grecs dans la troisième ou quatrième année après la mort du Prophète. Cela était encore un de ses miracles, qui avait pour effet mystérieux, P. 12/1. d'abord le dévouement des vrais croyants, qui n'hésitèrent pas à courir au-devant de la mort afin de faire triompher la foi en com- battant les infidèles ; puis la terreur et la consternation dont Dieu remplit les cœurs des mécréants. Cela était complètement en dehors des événements usuels et différait beaucoup du système de tempori- sation suivi parles empires qui naissent à fégard des empires établis* ;

' Dans le texte arabe, il faut lire (Jl t. III, p. 258, 272 et suiv. — * Les Mé-

jo«j Lgj iCiJiii ^j.c. ^^f^ LLAM.li iloju rinides s'emparèrent de la ville de Maroc

jLt *ul. i'an 1269, vingt-deux ans après la prise

^ Pour j?J, lisez *-?• de Fez.

' Voy.l'Histoire des Berhers.X. Il, ip.'jo; Pour isyu*»!!-, lisez isyu«kJJ.

Prolégomènes. — ii. 18

�� �