Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome II.djvu/215

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DIBN KHALDOUN. 207

Il y avait chez les (anciens) Arabes des devins et des sachanb', à (jui on avait recours en ces occasions. Us prédirent aux Arabes qu'ils posséderaient un empire et fonderaient une dynastie. Quand Chicc et Satih^ expliquèrent le songe de Rebîah Ibn Nasr, roi du Yémen, ils déclarèrent que les Yéménites se laisseraient enlever leur pays par les Abyssins; qu'ils le reprendraient plus tard, et qu'ensuite la vraie religion et la souveraineté s'établiraient chez les Arabes. Une autre de ces prédictioifs fut celle de Satîh, qui, en expliquant le songe du ino- bedan, songe au sujet duquel Kisra (Chosroès) envoya Abd el-Masih pour le consulter, annonça à celui-ci que l'empire appartiendrait aux Arabes^. La race berbère a aussi produit des devins, dont un des plus fameux était Mouça Ibn Saleh*, qui , selon les uns , appartenait à la tribu des Béni Uren, et, selon les autres, à celle des Ghouiert. On a de lui des sentences fatidiques rédigées en forme de vers et dans le patois du pays. Elles renferment un grand nombre de prédictions, dont la plupart se rapportent à l'empire et à la domination que les Zenata de- vaient obtenir en Maghreb^. Les hommes de cette race se sont trans- mis les vers d'ibn Saleh, qui, à les en croire, avait été un saint [ouéli] ou bien un devin. Quelques-uns d'entre eux prétendent qu'il fut pro- phète, parce que**, d'après leur opinion, il vivait longtemps avant l'hégire'. Dieu sait ce qui en est.

Chaque peuple (qui désirait connaître l'avenir) invoquait les pa- roles de ses prophètes, s'il en existait à cette époque. Les Israélites avaient des prophètes qui paraissaient les uns à la suite des autres

��il s'emploie ici dans le sens de prédictions. M. de Sacy a donné la traduction de ce passage dans sa Chrestomathie arabe, t. Il, p. 298. Je l'ai adoptée, en y faisant de lé- gers changements.

' Voyez la i" partie, p. 2a3.

^ Voyez la 1" partie, p. 224-

' Voy. les^nna/esd'Aboulféda, t. I,p. 7.

' Voy. Histoire des Berbers, 1. 1 , p. 2o5 , cit. III, p. 28/i, 285.

��^ Ibn Saleh aurait donc annoncé, plu- sieurs siècles d'avance, rétablissement du royaume des Béni Abd el-Ouad et de l'em- pire des Mérinides, deux tribus de race zenalienne.

" Après L/yù , insérez ^j^.

' S'il avait été prophète, il avait dû vi- vre avant l'iiégire, car Mohammed a dit : Après moi, point de prophète.

�� �