Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome II.djvu/484

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


476 ' PROLÉGOMÈNES

des sources abondantes de connaissances relatives aux traditions, ainsi que de solides renseignements sur des questions de droit. Le cadi Eïyad\ qui vécut plus tard, compléta ce livre et lui donna le titre d'Ikmal el-Molem (le complément de l'indicateur), et Mohii ed-Dîn en-Newaouï^, qui vint après eux, suppléa à ce qui manquait aux •deux ouvrages en y ajoutant un ample commentaire.

Les [trois] autres recueils de traditions sont ceux que les légistes consultent le plus souvent et aux textes desquels les livres de droit Iburnissent le plus d'éclaircissements. Mais, comme ces renseigne- ments ne s'appliquaient pas aux questions qui se rattachent à la science des traditions proprement dite, on a composé des traités pour réparer cette omission, et l'on y a inséré tout ce qui était néces- saire en fait de notions se rapportant à la science des traditions. Ils renferment aussi le sens des traditions et les isnads qui accompagnent celles dont les indications servent de règles de conduite et qui for- ment la Sonna.

De nos jours, les traditions se trouvent rangées en plusieurs classes, dont une renferme les saines, et les auiresles passables , ies faibles, les P. àoi. défectueuses , etc. Ce furent les docteurs en traditions et les critiques les plus exacts qui établirent cette classification et la firent connaître , et (puisqu'ils ont épuisé la matière,) la voie n'est plus ouverte pour procéder à la vérification des traditions dont l'authenticité n'a pas été déjà déterminée.

Les grands maîtres dans cette partie savaient si bien les traditions, ainsi que les voies et les isnads auxquels elles sont jointes, que, s'ils en entendaient réciter une à laquelle on aurait accolé une autre voie ou un autre isnad que le sien, ils se seraient tout de suite aperçus

��' Abou 'l-Fadl Eïyad Ibn Mouça Ibn d'un grand mérite; son traité dans lequel

Kïyad, natif de Ceuta et premier tradition- il parle du caractère d.e Mohammed et de

niste de son époque, fui nommé cadi de ses faits el dits, jouit encore d'une haute

Grenade en l'an 532 (i iSy-i i38de J. C.) réputation. Cet ouvrage est intitulé : Es-

ct mourut dans la ville de Maroc l'an bhà Chcfa hi-tarîj hocouc el-Mosla/ci. (i 1^9 de J. C). 11 laissa plusieurs ouvrages ' Voyez la i" partie, 4>. 3o 2.

�� �