Page:Ivoi - La Mort de l’Aigle.djvu/267

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Volontiers… Après, je t’emmène dîner chez le capitaine de Rochegaule.

— Ton père il est ici également ?

— Oui, tu viendras ?

— Je ne sais… cela dépendra…

— Non, non, pas de simagrées… ; cela me permettra d’ailleurs de partager un repas d’officier… ce qui vaut mieux que la gamelle…

Hein ? c’est entendu…

— Absolument !

Les deux gamins riaient, tout heureux de se retrouver ensemble. Bobèche, à son tour, reçut les compliments de Mirel, puis tous trois