Page:Ivoi - Le Message du Mikado.djvu/369

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pense de son dévouement affectueux à la cause persane.

Du coup, le consul se rengorgea à ce point que son cou, à l’aise en un large col rabattu, se gonfla de façon à figurer le jabot d’un gallinacé. Le dindon, toujours le dindon.

Après quoi, marquant à la brune servante un empressement galant, qui eût certainement excité la surprise du corps consulaire, si quelques collègues de l’Autrichien en avaient été témoins, le comte modula, la bouche en cœur :

— Venez, venez… Je vais vous faire remettre les uniformes d’aviateurs. La manœuvre est très facile, vu le grand progrès réalisé : la stabilité automatique absolue. On vous expliquera le moteur, les leviers, le volant.

Et se frottant les mains à s’arracher l’épiderme :

— Admirable. Personne ne saura. Vous allez jusqu’au port de Karta, au fond du golfe Persique. Trois heures suffisent, en aéroplane, vous atterrissez dans la propriété de mon vice-consul, située sur la colline isolée, à droite de la bourgade. On embarque mes gaillards pour Trieste, après les avoir dépouillés du vêtement japonais, qu’ils pourraient abîmer, et l’Autriche a la gloire…

— Et elle en peut témoigner sa gratitude au plus noble, au plus habile de ses consuls.

L’exclamation de la jolie indigène amena sur la face du comte une vague écarlate. Véritablement, le fonctionnaire sembla sur le point d’éclater de vanité satisfaite ; puis, désireux d’être agréable à cette jeune fille qui ne lui marchandait pas le doux tribut de son admiration, il s’exclama :

— Suivez-moi. Ne perdons pas un instant. Inutile que ces fauteurs de désordre arrivent au consulat avant que nous ayons pris nos dispositions.

Docilement, les deux indigènes se levèrent, et, dans les traces du consul, plus important que jamais, bombant le torse vaniteusement, ils sortirent du cabinet de travail aux céramiques multicolores.

À ce moment même, ceux que le consul général envoyait quérir, s’abandonnaient à la plus franche gaîté…

La venue du domestique, qui avait expliqué par la