Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/104

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Soutenu par un officier de ses gardes, il parut sur le balcon.

Aussitôt mille cris de : Vive le roi ! éclatèrent.

Louis XVIII sourit, puis réclamant du geste le silence qui s’établit aussitôt :

— Le roi de France est le père de tous ses sujets. Pourquoi ces clameurs qui feraient croire que vous doutez de la justice de votre souverain ? Parlez. Que désirez-vous, mes enfants ?

Mes enfants ! Ces derniers mots étaient d’une adresse consommée.

Le Français a le cœur tendre ; une bonne parole l’apaise de suite. Aux vociférations succéda un murmure approbateur.

— Que l’un de vous, reprit le roi satisfait de ce premier succès, m’apprenne qui a mécontenté mon peuple.

— Le curé de Saint-Roch, riposta un organe clair qui s’entendit de toute la place.

Louis regarda celui qui venait de parler.

C’était un jeune homme, vêtu en ouvrier, le visage maculé de charbon. C’était Espérat qui, aussitôt déguisé, avait quitté la maison de la rue Saint-Honoré, sans écouter les représentations de M. de La Valette, et qui venait de rejoindre ses amis, terrifiés de son audace.

— Ah ! ah ! mon jeune ami, fit le roi d’un ton bonhomme, c’est toi qui veux être le porte-paroles de mes bons amis les Parisiens. Soit ! expose tes griefs.

La courtoisie du monarque remplit d’aise les assistants.

— Sire, reprit Espérat, Mlle Rau-