Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/105

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


court, de la Comédie-Française, doit être conduite en ce jour à sa dernière demeure.

— Je le sais, mon jeune ami, et n’était la goutte qui me tient enfermé, j’aurais suivi en personne le cortège, pour rendre hommage au talent de la défunte et de ses camarades du premier théâtre du monde.

Talma et tous les artistes de la troupe s’inclinèrent. Des applaudissements retentirent, mais le roi fit un geste et le silence se rétablit.

— Je suis touché de ce que Votre Majesté a bien voulu dire, poursuivit Espérat. Ses paroles démontrent qu’elle ne partage pas les idées de M. le curé de Saint-Roch.

— Quelles sont donc les idées de M. le curé de Saint-Roch ?

— L’Église, d’après lui, ne saurait admettre le corps d’une comédienne. Prières et terre sainte devraient être également refusées à Mlle Raucourt.

Tous les yeux étaient fixés sur l’hôte du palais. On s’attendait à le voir sursauter, prendre parti pour le desservant rigoriste.

Il n’en fut rien. Le roi haussa légèrement les épaules :

— Je pense, dit-il, que le saint prêtre dont il s’agit est égaré par une dévotion un peu exclusive. Il me semble, moi, que quiconque a reçu le baptême, a droit aux honneurs du culte. Un seul sacrement donne droit à tous les autres.

— Vive le roi, clama la foule transportée !

— Eh bien, mes enfants, poursuivit paternellement Louis, voyons à arranger ce petit différend. Un de mes aumôniers va vous accompagner, et si M. le curé de Saint-Roch persiste dans son refus, mon aumônier officiera et accompagnera cette bonne Mlle Raucourt au cimetière.

Du coup, l’enthousiasme devint du délire. Comment n’être pas gagné par cette façon simple, naturelle, bonne enfant pourrait-on dire, de clore l’incident.

Les acclamations montèrent jusqu’au ciel.

Jamais peut-être les cris de : Vive le roi, n’avaient été aussi nourris.

Louis sourit, montra ses jambes enveloppées de laine, et après un salut, rentra dans ses appartements.

Au duc d’Angoulême, au comte d’Artois, il dit avec ce mélange de naïveté et de scepticisme qui formait le fond de son caractère :

— Vous les entendez ? Allez, allez, le peuple de France n’est pas méchant ; il ne mérite pas les verges.