Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/128

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


parmi des maîtres autrichiens. Le fils de l’Aigle est dressé à faire un Archiduc.

Un pas grinçant sur le sable l’arracha à ses réflexions.

Le soldat envoyé à Mme de Walewska revenait.

Comme mus par un ressort, les Français se levèrent à son approche.

Le fantassin vint à son chef, lui parla en baissant la voix. L’officier se tourna alors vers les étrangers et les saluant courtoisement :

— Sa Grâce la comtesse vous prie, Messieurs, de vous rendre au jardin d’hiver, que vous apercevez là-bas à l’angle est du château. Elle vous y joindra aussitôt qu’elle aura pu se faire libre. Excusez-moi de vous avoir retenus un moment, mais la consigne ne me permettait pas d’agir autrement.

— Nous l’avons compris, Monsieur, répondit noblement Bobèche. Vous ne nous deviez aucune excuse ; par contre, nous vous devons des remerciements pour votre courtoisie.

Après cet échange de politesses, les Français marchèrent droit vers le château.

Bientôt ils pénétrèrent dans l’admirable serre du jardin d’hiver.

C’était un merveilleux fouillis d’arbres exotiques, croisant, en tous sens, leurs palmes digitées, leurs branches, leurs rameaux, ou leurs feuilles multiformes.

Un petit ruisseau courait parmi les fleurs, tombant de gradin en gradin, avec le doux gazouillis de ses cascades minuscules.

Pour n’être pas interrogés par l’un des chambellans ou des hauts dignitaires, qui, de temps à autre, traversaient ce réduit parfumé, Espérat et ses compagnons se dissimulèrent derrière le rempart de buissons africains.

À peine avaient-ils pris position en ce lieu écarté qu’Espérat eut un soubresaut.

— Qu’as-tu donc ? interrogèrent Bobèche et Henry, effrayés par l’expression des traits de leur compagnon.

Il étendit la main vers l’un des portiques accédant aux appartements :

— Là, là ; ils viennent. Elle et Lui.

Tous deux regardèrent, et à leur tour ils pâlirent, le cœur étreint d’une inexprimable émotion.

Marie-Louise s’avançait tenant son fils par la main.

Elle était toujours la même femme blonde, futile d’aspect et d’allure ; mais ce qui frappa les spectateurs invisibles, ainsi qu’un coup de poignard, ce fut l’uniforme dont le petit était revêtu ; cet uniforme tout blanc, à parements verts, de colonel autrichien.