Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/148

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Puis il glissa la feuille sous une enveloppe qu’il cacheta :

— Quel est le nom du destinataire ?

— Espérat Milhuitcent, un enfant de quinze ans.

Le comte traça d’une main ferme :

Monsieur Espérat Milhuitcent
Hôtellerie de S. M. l’Empereur François.

Après quoi, il sonna. Au valet qui accourut, il remit la missive.

— À porter de suite.

Et de nouveau seul en présence de sa femme, il vint à elle, l’étreignit dans ses bras et murmura d’un ton déchirant :

— Qui donc, en dehors de nous, rendra justice à notre dévouement à la patrie ?

Elle pencha sa tête sur son épaule et avec une adorable confiance :

— Dieu… et notre, fils, dit-elle.