Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/220

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Connaissez-vous ce brick, Taillade ? demanda encore Napoléon.

— Oui, Sire.

— C’est ?

— Le Zéphyre, capitaine Andrieux.

Cependant Espérat s’était enfermé dans la cabine d’arrière, et d’un mouvement brusque avait fait sauter le fond du baril de poudre.

Ces préparatifs achevés, il vint à la porte de la cabine et cria dans le corridor :

— Je suis prêt !

La voix lointaine de Marchand répondit :

— Je veille et je ferai le signal.

Sur ces mots, Espérat rentra, mais secouant soudain la tête, il courut au hublot qui éclairait l’étroite chambrette et l’ouvrant :

— Il n’était pas besoin de poster quelqu’un là-haut. D’ici je puis voir.

Puis il alluma une chandelle, la plaça à portée de sa main.

— Voilà, dit-il encore… un geste et nous irons nous promener dans les nuages.

Son regard se voila en se fixant sur le ciel :

— Adieu, pauvre sœur, que je laisserai aux mains de ce misérable d’Artin.

Et du ton de la prière, comme s’il s’adressait à un invisible auditeur.

— Comte de Rochegaule, mon père, tu vois que je ne puis agir autrement.

Un sifflement qui résonna dans le couloir le fit tressaillir.

— Marchand me recommande l’attention !

D’un bond, Milhuitcent fut au hublot. À une encablure à peine, une ombre s’étendait sur la mer. À sa forme, il reconnut qu’un navire avait stoppé à peu de distance de l’Inconstant.