Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/228

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bole palpable d’une victime s’immolant elle-même pour l’humanité, l’étendard était fixé au bout d’une longue gaule et flottait fièrement au vent.

Comme pour répondre à cette manifestation, les navires amenèrent le pavillon elbois, aussitôt remplacé par les trois couleurs, et les batteries de l’Inconstant tonnèrent, saluant l’emblème des victoires passées, l’espoir des gloires futures.

Puis la mer se couvrit de canots. Le débarquement commençait.

Il faut renoncer à dépeindre les effusions, la joie débordante qui suivit la fusion des soldats et des Cinquante.

Espérat, Drouot, amenés à terre des premiers, eurent à subir de rudes embrassades.

M. de la Valette, Tercelin, l’abbé Vaneur, se les repassaient. On les complimentait du succès de l’entreprise ; on les interrogeait. Tout le monde parlant à la fois, ils ne savaient auquel entendre.

Plus éperdu encore que les autres, le pope Ivan Platzov gambadait :

— Espérat, bégayait-il, Espérat, filius carissimus, ô fils cher entre tous. Laisse-moi demander un conseil à ta jeune sagesse.

— Parle, pope, prononça dignement le jeune homme, se mettant à l’unisson de son dogmatique interlocuteur.

— Tu connais mon vœu ?

— Ton vœu ?

— Oui, ne boire que de l’eau jusqu’au retour de l’Empereur. Aqua frigida insipidaque, l’eau qui glace et qui n’a pas de goût.

— En effet, je me souviens.

Ergo, dubitans sum, je suis dans le doute. Dois-je considérer ce moment, où Sa Majesté rentre en France, comme celui visé par mon vœu, ou bien dois-je entendre, par le mot « retour », l’heure où Napoléon pénétrera sous les lambris dorés des Tuileries, palatium imperatoris, impériale demeure ?

Non sans peine, Milhuitcent contint son envie de rire, mais avec le plus grand sérieux, il répondit, au profond désespoir du pope :

— À mon avis, c’est seulement quand l’Empereur sera réinstallé aux Tuileries que tu seras relevé de ton serment.

Et il tourna le dos au biberon, qui, les mains croisées sur l’épigastre, en un geste d’éloquent désespoir, gémissait :

— De l’eau, encore de l’eau, pax vobiscum et cum stomacho meo, la paix soit avec vous et avec mon estomac !

Mais l’attention, un instant accaparée par Ivan, fut appelée ailleurs par la voix de M. de La Valette.