Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/229

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le comte disait :

— Silence !… L’Empereur !

Et sa main s’étendait vers la mer.

Dominés par le commandement du geste, tous suivirent des yeux la direction indiquée, et un tressaillement agita ces hommes dévoués jusqu’à la mort à l’Homme incarnant l’Idée.

Un canot approchait du rivage.

Debout à l’arrière, sa silhouette bien connue se détachant sur la nappe bleue des eaux, Napoléon apparaissait, coiffé de son bicorne légendaire, faisant flotter autour de lui sa redingote, à la teinte grise comme la fumée des batailles.

Une acclamation farouche monta vers le ciel, puis La Valette en tête, les partisans se ruèrent vers le point où l’Empereur débarquait et le reçurent dans leurs bras.

Le grand capitaine souriait.

Il serrait les mains tendues vers lui, il adressait des paroles bienveillantes à tous. Sa prodigieuse mémoire le servait merveilleusement.

— Bonjour, mon cher comte. La Valette est un nom noblement porté… Eh mais ! Voici M. le maître d’école Tercelin, le père adoptif de mon ami Espérat, et M. l’abbé Vaneur, que je suis heureux de voir en bonne santé.

Ceux des Cinquante, qui n’avaient jamais abordé l’Empereur, entendaient ces choses dont ils étaient enthousiasmés, et le grand Capeluche, la gorge serrée par l’émotion, bredouilla :

— On se ferait tuer pour cet homme-là.

Puis tout à coup, le sourire s’effaça des lèvres de Napoléon. Sa voix sonna nette, autoritaire :

— À plus tard les effusions, mes amis. Nous sommes à peine au début de notre tâche. Un premier succès ne doit pas nous endormir. De toutes parts, des ennemis nous entourent. C’est en montrant la promptitude de la foudre que nous les déconcerterons. Agissons !

Et désignant une batterie de côte peu éloignée :

— Lamouret ! appela-t-il.

Un capitaine s’avança aussitôt.

— Lamouret, prenez vingt-cinq grenadiers et occupez cet ouvrage qui assurera notre flanc.

Tandis que l’officier choisissait les soldats devant faire partie de l’expédition, Bobèche se glissa près d’Espérat :

— Tu n’as rien à faire ici ?