Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/230

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Non.

— Alors, accompagnons le capitaine Lamouret. J’aurai à te parler en route.

Et le jeune homme l’interrogeant du regard :

— En route, répéta le pitre.

Peu après, Bobèche et Espérat, radieux, s’éloignaient, emboîtant le pas aux vingt-cinq grenadiers de Lamouret, non sans avoir entendu l’Empereur ordonner à Cambronne de se rendre à Cannes, avec une compagnie, pour y requérir des vivres et des chevaux… en payant comptant, redit Napoléon à plusieurs reprises.