Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— L’honneur de notre maison, la sûreté du roi, l’exigent.

Il n’y avait plus de doute. Le comte avait mandé Denis Latrague pour empêcher à jamais Lucile de reprendre la connaissance d’elle-même, pour fermer la bouche du témoin de ses crimes passés.

Tout le sang du jeune homme reflua à son cœur devant cette horrible certitude.

Durant quelques secondes, il demeura muet, incapable de contraindre ses lèvres à prononcer un mot.

La voix de d’Artin le tira de cette torpeur terrifiée.

— Eh bien ? Hésitez-vous ?

Les nerfs tendus à se rompre, Espérat se contraignit au calme.

— Hésiter ? Que non pas, Monsou le comte. Je supputais les moyens de vous complaire, voilà tout.

— Bien. Et répondez-vous de tout ?

— Vous répondez de ma fortune et de ma tête, vous ?

— Entièrement.

— Alors, dormez sur les deux oreilles, mon bon Monsou, l’honneur de votre maison, la sûreté du Roi, ne seront pas mis en péril par la demoiselle.

Le comte se frotta les mains.

— J’écrirai à de Baillauris que vous êtes un homme d’un prix inestimable. Cette appréciation flatteuse vous indique que je compte rémunérer vos services plus largement encore que je ne l’ai promis. Sur ce, Maître Denis, veuillez mettre vos habits de fête, car vous allez entrer en fonctions. Pour commencer je veux vous présenter à M. le duc de Blacas d’Aulps, favori du roi, ainsi qu’à Sa Majesté Louis XVIII. En route, je vous apprendrai ce que vous aurez à dire.

Familièrement, il prit le faux rebouteur par le bras, et le conduisit hors de la chambre.

— Faites vite, recommanda-t-il encore.

Chancelant, son cerveau se refusant à admettre la réalité de la scène