Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/366

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Au quartier général… l’Empereur est donc ici ?

— Ah bien ouiche. Le Petit Tondu est quelque part sur la route de Bruxelles, à frotter les côtes aux English. Nous autres, avec les généraux Grouchy et Vandamme, trente mille lapins, nous sommes détachés pour donner la chasse aux Prussiens et les empêcher de revenir vers leurs amis, les habits rouges. Hein ? Ça va ? Je t’offre à déjeuner, et après tu dégoises au quartier général ce que tu as vu, histoire d’apprendre aux grosses épaulettes que nous sommes dans le bon chemin.

— Cela va, fit allègrement Espérat.

Le besoin de manger était à cette heure plus fort que tout. Privé de nourriture depuis plus de trente-six heures, soumis à des exercices violents, le jeune homme se tenait avec peine sur ses jambes amollies.

Sa tête vide pesait lourdement sur ses épaules.

Une