Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/377

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Cependant la reconnaissance s’achève. Crottés jusqu’à l’échine, l’Empereur et ses compagnons rentrent à la ferme du Caillou.

Vite, Napoléon envoie plusieurs officiers dans la plaine, avec mission d’élucider différentes choses qu’il a, soit remarquées, soit pressenties.

Bertrand, Gudin, écoutent stupéfaits.

Ils n’ont rien vu, eux, dans ces ténèbres. Napoléon a lu dans la nuit comme en plein jour.

Puis ce soin pris, le grand Capitaine entraîne Espérat près du grand feu qui flambe dans la cheminée et tout en faisant sécher ses bottes.

— À présent, qu’as-tu à me dire ?