Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/378

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Pour la troisième fois de la journée, le jeune homme raconte son odyssée. L’Empereur écoute, frappant de petits coups amicaux l’épaule de son interlocuteur.

— Bien ! Tu es la bravoure française même. Tu le vois, j’ai pris mes précautions. Grouchy déjouera les projets de Blücher et, si le Prussien réussit à me joindre, ce que je souhaite, ce sera seulement après la destruction de l’armée anglaise.

Milhuitcent écoute charmé ces paroles confiantes :

— Sire, demande-t-il, vous exprimez bien toute votre pensée ?

— Avec toi, mon brave et fidèle enfant, je pense tout haut.

L’adolescent s’incline, ému jusqu’aux larmes par cette réponse.

— Merci.

Puis d’une voix qui tremble légèrement :

— Alors deux combattants ne feront pas faute à Votre Majesté ?

Napoléon accueille la question par un geste étonné.

— Deux combattants. De quels combattants s’agit-il ?

— De moi, Sire, et du commandant Marc Vidal.

— Ah !

Et secouant la tête en homme étonné de ne pas comprendre le sens de la requête qui lui est adressée, l’Empereur reprend :

— Tu veux déserter la bataille, tu veux que Marc Vidal cède à un autre le commandement de son bataillon ?

— Et vous nous y autoriserez, Sire.

— Parbleu ! Voilà une plaisante assurance.

— C’est que je crois en la parole de Votre Majesté.

Napoléon frappa du pied :

— Ma parole à présent. Voyons, explique-toi, si tu tiens à ce que je te comprenne.

Avec une tendresse passionnée, l’adolescent saisit les mains de l’Empereur.

— Sire, vous m’avez promis de me rendre ma sœur Lucile, le jour où la victoire de la France serait certaine.

— C’est vrai, eh bien ?

— Vous venez de m’affirmer la certitude de vaincre.

— Oui encore.

— Or, en dehors de votre aile gauche, sur le ruisseau de Mollenbecke, se trouve la Maison Carrée, prison de Lucile. Ses gardiens sont là ; ils ont certainement préparé leur fuite au cas où Wellington plierait. Si j’attends la fin du combat, ma sœur sera loin ; de nouveau je l’aurai per-