Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/71

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mes collègues, et tès demain, dans tutes les putiques de brocante, on ferra tes grafures, tes objets relatifs à l’Empire.

L’incorrigible Capeluche allait encore lancer un lazzi, M. de La Valette ne lui en laissa pas le temps.

— Voilà qui est au mieux, fit-il avec une émotion profonde qui se communiqua aux assistants. Dans cette ville…, royale malgré elle, on ne verra plus que des souvenirs de la période impériale. Du souvenir au regret, il n’y a qu’une nuance.

Puis se calmant soudain :

— Reprends ta place, Abraham, tu as apporté ta part de bonnes nouvelles.

Un petit homme maigre, la figure coupée par une énorme paire de moustaches, se dressa aussitôt sur ses pieds avec la raideur d’un diable sortant d’une boite.

— Moi, Lanfait, ex-sous-officier de hussards, j’ai loué un magasin, rue Tiquetonne. Avec la lanterne magique et un boniment, j’ai commencé aujourd’hui à montrer les exploits de la grande armée. On se battait pour entrer ; recette fabuleuse.

Un autre lui succéda :

— Les soldats de la caserne de la Pépinière ont effacé, pour la troisième fois, l’inscription. « Les lys manquaient à nos lauriers », que les royalistes s’obstinent à faire graver au-dessus de la poterne d’entrée.

— Moi, dit un autre, moi Lasard, imprimeur, j’ai tiré et fait distribuer cent mille proclamations commençant pour ces mots : Français, réveillez-vous ; Napoléon s’éveille !

Des bravos ponctuaient chacune des nouvelles. L’assemblée était chauffée à blanc. Les chefs, rangés autour de la table au tapis pourpre, échangeaient des regards où se lisaient la joie et l’espérance.

Soudain un homme jeune, imberbe, la face pâle entourée de longs cheveux d’un blond vif, se leva à son tour. Il portait la tenue des élégants du jour, la redingote serrée à la taille, le pantalon de casimir ; auprès de lui était roulé sur le banc un long manteau à l’espagnole.

— Oh ! oh ! s’écria Capeluche, voilà le citoyen Paunier, fils chéri des Muses, qui vient apporter le secours de ses vers à notre cause.

Sans embarras, l’interpellé haussa les épaules :

— Tais-toi, mon ami, dit-il d’une voix aigrelette. Tais-toi, car tu sembles ignorer que l’on fait plus de mal à ses ennemis avec une plume qu’avec une épée.

Et s’adressant au Président :