Page:Ivoi - Les Cinquante.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


même lui avait indiquée, d’Artin trouva dans son antichambre un jeune gars de la campagne qui l’attendait.

C’était le passant entrevu par Denis. Selon son intention, le paysan s’était fait lire la suscription de l’enveloppe par M. Pontois, propriétaire de l’hôtellerie : Aux Armes de France, et alléché par la promesse des deux louis, il s’était rendu à l’hôtel Villardon. Depuis six heures, il espérait le comte.

Celui-ci parcourut la lettre, octroya au porteur la somme annoncée, et le renvoya sans écouter les bénédictions dont le rustre salua son aubaine.

Seulement il s’était fait indiquer l’endroit où la correspondance avait été ramassée.

Une fois seul, le comte eut un geste de fatigue :

— Je n’aurais pourtant pas été fâché de me coucher, grommela-t-il. Bah ! il faut y renoncer. Ceci est grave. Denis Latrague enlevé, prisonnier à Montrouge.

Alors, quel est ce rebouteur que mes gens ont reçu à l’arrivée de la diligence, que j’ai installé moi-même auprès de Lucile ?

Et avec une sourde colère :

— Tout cela m’énerve et m’ennuie. Ma parole, je regrette le temps de l’émigration.

Cependant il sortit et se fit conduire chez M. de Blacas. Le favori l’accompagna chez M. Dandré, préfet de police.

Ce fonctionnaire n’avait rien à refuser à l’ami du roi. Séance tenante, on réunit des agents, on gagna la route de Montrouge. La maison blanche fut envahie, le captif délivré.

Quant à son geôlier, il eut le mauvais goût de ne pas se laisser arrêter. Il résista à l’autorité, l’épée à la main. Et l’autorité, qui a horreur de la résistance, le punit sévèrement d’un coup de sabre, dont il eut la poitrine trouée à ce point que son âme s’envola par l’ouverture.

Une perquisition minutieuse amena la découverte d’une note, crayonnée en hâte sur un carnet que le pauvre défunt portait dans sa poche. Cette note était ainsi conçue :

« 24 décembre — minuit — Clos Noir. »

Un agent se souvint fort à propos que l’on désignait, sous ce nom de Clos Noir, une propriété abandonnée, sise aux environs de l’hôpital Saint-Louis.

Voilà pourquoi la police avait envahi le lieu de réunion des conspirateurs.