Page:Jammes - La Rose à Marie, 1919.djvu/27

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


bisaïeules, laquelle s’était convertie et avait amené tous les siens à la vraie foi, après une lecture qu’elle leur fit du Génie du Christianisme.

Au moment qu’elle fut appelée en France, Malvina admirait l’ovale parfait de son visage reflété par l’acier, poli à cet effet, d’une hache de guerre. Elle était coquette, mais laissa bien vite là cet objet dangereux et vain, et son hamac, pour n’écouter que la voix du devoir.

Elle remonta donc jusqu’à la presqu’île glacée d’Alaska, dans un traîneau à roues facultatives tiré par deux ours que l’on eût dit vêtus de neiges éternelles. En cet équipage, elle traversa le détroit durci de Behring, gagna la Sibérie, traversa la Russie, l’Allemagne qui la dégoûta par des mœurs, qu’elle croyait tombées en désuétude, d’anciens sauvages fétichistes, la Suisse, et fut